Archives par mot-clé : Anne IRUNBERRY

SOLITUDE du 5/11 AU 12/12 2021

 

SOLITUDE

De quelle(s) solitude(s) parle-t-on ?

Si l’on adopte le point de vue du philosophe, la solitude ne serait pas la destination de l’homme, mais plutôt sa condition. Il n’est pas fait pour elle, mais par elle et sa vocation serait plutôt relationnelle. D’où un paradoxe : la solitude semble simultanément être la condition même de l’homme et l’obstacle qu’il doit surmonter pour ne pas succomber à la déréliction.

En dehors de ces réflexions revenons aux solitudes du quotidien. 

Les non choisies, les douloureuses, celle de l’innocent que l’on dit coupable, de la victime affrontant son bourreau, la solitude du mourant ou de l’abandonné… sans oublier celui qui s’ennuie en sa propre compagnie !

En revanche, la solitude choisie peut être délicieuse, comme celle du promeneur enchanté par la beauté du paysage, de l’alpiniste ou du navigateur enivrés d’espace, ou au contraire celles du méditant plongé en lui-même et du lecteur oublieux du monde…

Quelques artistes se sont exprimés sur le pourquoi de leur création et d’autres ont jugé préférable de laisser le spectateur rêver, seul, avec l’image.

 







Chapeau ! Collective 4/12 au 20/12/2020

 

C’est le plus beau jour de ma vie
J’ai retrouvé mon chapeau
Dernier étage de ma coquetterie
C’est le soulier de mon cerveau
Certains
Vont à la chasse à courre
Bien d’autres à la chasse aux félins
D’autres à la chasse aux humains
Moi je cherche mon galurin
Mon chapeau des jours anciens
Sans lui
Sans lui
J’ai peur que ma tête s’enfuie
Et s’égarent mes esprits.

Extrait de la chanson de Guy Béart « Le chapeau »

 





 

Jean-Philippe BOLLE-Jacques GUYOT-Anne IRUNBERRY-RELINDIS Numerica du 26/1 au 4/3/18

La Galerie du Pont des Z’Arts à Seyssel enchaîne sa saison avec une exposition intitulée Numérica.

Les œuvres présentées ont été réalisées à l’aide de dispositifs numériques soit pour les transformer, soit pour les créer entièrement.

Grâce à ces outils graphiques chaque artiste a fait son propre voyage et a illustré son processus créatif « d’oser aller nulle part, se perdre en chemin, se retrouver ensuite ».

Les réalisations de Jean-Philippe-Bolle, Jacques Guyot, Anne Irunberry et Relindis, sont présentées sur des tirages de grande qualité.

L’architecture utopique de Xavier Cardinaux se visionne à l’écran.