Liens

Nicole LE MEN du 3/6 au 5/7/2020

Un dialogue poétique entre forme créée, nature et mémoire…

L’exposition « Les traces du vivant » est une invitationà découvrir un ensemble de créations inspirées par le monde végétal : arbres, feuillages, insectes…
Longuement observée, la nature est rendue présente dans toute sa force, sa fragilité, sa permanence. En circulant dans l’espace le visiteur pourra se laisser porter par la diversité des propositions pour une expérience poétique et sensorielle.

L’air circule entre les formes comme une respiration.
L’espace s’habite et le visible joue avec l’invisible.

____Les Radiographies
Pour donner à voir les traces du vivant, j’utilise très souvent des matériaux que je détourne comme les radiographies gravées avec une pointe sèche. La lumière y apparait par surprise au détour d’un trait. Elle dévoile une transparence ouvrant sur de nouvelles formes végétales dialoguant entre elles.

____Les empreintes et dessins
Dans une temporalité méditative, le dessin au micro pointe ou au crayon de couleur, le passage des feuilles dans la presse, les toiles peintes tentent la traversée du végétal : feuillages, fleurs, tiges… Il le dissèque et en laisse apparaître la subtilité, la légèreté, en écho au travail de l’encre sur rouleaux de papier.

____Les rouleaux de papier
Le travail à l’encre sur de longs rouleaux de papier Wenzhou s’attache à déployer un univers végétal longuement observé et gardé en mémoire. Du sol au ciel, s’enroule et se déroule une nature exubérante dans une continuité que rien ne vient heurter.
Entre le vide et le plein, l’ombre et la lumière, le noir et le blanc, les formes s’enveloppent de grisés ou de noirs profonds…. Seuls, le calame, le pinceau, le roseau, délicatement, retiennent des signes du vivant.

____Les sculptures
Les formes dessinées des feuillages s’échappent du papier pour se dire dans l’espace avec un stylo 3d, donnant naissance à des « Dentelles de feuillages » sculptées. Une expérience de reliance avec les gestes retrouvés et renouvelés invitant les formes à jouer avec la lumière.

____La dentelle sur porcelaine et toile
La porcelaine, modelée en fine pellicule, capte l’empreinte du bois préalablement sculpté.
La main précise les formes naissantes que le passage par le feu fixera ensuite en petits fragments de nature conservés dans des écrins.

____Les petits tableaux, coffrets et dessins sur calques aux papillons
La finesse de ces fragments de dentelles en porcelaine ouvre sur une nouvelle recherche.
Comment allez plus avant dans la transparence ?
L’écriture plastique des feuillages avec de simples crayons de couleur sur de grande feuilles de papier calque permettra d’avancer un peu plus loin encore.
Sur ces feuillages viendront se déposer des insectes aux couleurs irisées, captant la lumière dans leurs écailles…
Comme des instants de vie éphémère.

La création est mouvement
Chaque acte créateur en appelle un autre dans une continuité permanente.

Nicole LE MEN
Mai 2020

Collège du Mont des Princes 4ème du 20/2 au 15/3/2020

L’heure est Graff !

En 2017, la « Galerie du Pont des Z’Arts » a proposé au collège du Mont des Princes de Seyssel d’exposer tous les élèves d’un même niveau dans l’objectif de montrer l’évolution des pratiques en arts-plastiques de la sixième à la troisième.

En sixième les élèves ont exploré la sculpture en utilisant du carton d’emballage et la peinture en peignant avec des épices des autoportraits.
L’année suivante se fut des installations miniatures photographiées dans leurs mains, une planche individuelle de bande-dessinée qui contraignait l’élève à travailler la notion de point de vue ainsi que des Sténopés réalisés avec l’artiste intervenante, Claire Maugeais.

Cette année l’objectif était de sortir des murs de la Galerie et de proposer aux élèves de s’exprimer à l’aide de pochoirs sur les murs des deux villes de Seyssel autour de la thématique, hélas bien actuelle du «réchauffement climatique».

Lors du vernissage du 13 septembre 2019 à la galerie du Pont des Z’arts j’ai pu rencontrer l’artiste M. Joseph Lombardi. Ses peintures, intitulées « Le déluge », correspondaient à la thématique que je désirais aborder avec mes élèves. Nous avons après discussion décidé de travailler ensemble.

Nous avons entamé ce travail collaboratif en visitant l’exposition de M. Lombardi à la galerie du Pont des Z’Arts avec les élèves et en présence de l’artiste. Cette exposition de Joseph Lombardi associait, peintures, installations et sérigraphies en jouant parfois du même motif pour recomposer et varier ces assemblages. Les élèves ont pu échanger, questionner et entrevoir les techniques qu’ils allaient pouvoir utiliser lors de leurs propres projets.

L’apport de M. Lombardi a donc mené le projet plus loin et nous a permis de faire appel aux éditions « Drozophiles »qui proposent des ateliers de sérigraphies. Toutes les classes de quatrièmes ont donc pu faire des tirages sérigraphiques avec différents pochoirs créés par les élèves.

Pour soutenir nos élèves, nous vous invitons à cette promenade artistique dans les deux villes de Seyssel jusqu’au 15 mars 2020.

En remerciant particulièrement M. Lombardi pour son implication auprès des élèves et son soutien, M. Muller, principal du collège du Mont des princes pour sa confiance sans laquelle rien ne serait envisageable, Messieurs les maires de Seyssel Ain et Haute-Savoie qui ont autorisé cet affichage dans leurs villes et bien-sûr la Galerie du Pont des Z’Arts qui mène une politique culturelle exemplaire, permettant à tout un chacun d’ouvrir ses horizons. Anne Pujol, professeur d’arts plastiques.

Télécharger ici le parcours  du parcours.

Clos de Grex du 10/1 au 16/2/2020

Pour la deuxième fois, le Pont des Z’arts a le plaisir d’accueillir les artistes du Foyer de GREX à Corbonod.

Et comme la première fois, nous sommes sous le charme de tant de couleurs, de spontanéité, d’expressivité.

Alors, merci à Eric Perrier, l’animateur de ces ateliers qui permettent à chacun de s’exprimer librement. C’est, encore une fois la preuve, si nécessaire, que l’art est un monde ouvert à tous.

Nous espérons que cette exposition sera un encouragement pour tous ces artistes, et qu’ils poursuivront leur travail de création pour notre plus grand plaisir.

OBSESSION-Collective du 1/11 au 8/12/2019

« Obsession », voilà le thème ardu (ou pas) sur lequel ont travaillé 25 artistes, dans un format identique  de 24 x 30 centimètres.
Mais quelle obsession ? 
Cette chose qui nous tourmente, une idée qui s’attache à l’esprit et s’impose sans relâche.
Une préoccupation constante dont on ne peut se libérer, tant elle accapare le champ de la conscience.
Sensation, même absurde, qui s’impose de façon répétée.
Découvrons ensemble comment ces artistes se sont exprimés sur le sujet !

 

Exposition collective – Liste des artistes

 

ANOR
Cécile BALSEM
Patricia BIFANI
Annick BLONDE
Catherine CART
Brigitte CRITTIN
Véronique DETHIOLAZ
Sandra DUCHENE
Leylane FERRET
Andreas FISCHBACH
Joel FREZET
Mireille FULPIUS
Hélène GARCIN
Annette GENET
Catherine GLASSEY
Jacques GUYOT
Liliane HARTMANN
Anne IRUNBERRY
Marie Danielle KOECHLIN
Michelle LACOSTE
Lisa MICAH
Délia PERROIS
Françoise RAFFY
Rudolph REUMANN
Guy SCHIBLER

Joseph LOMBARDI-Luis PINOLEO du 13/9 au 27/10/2019

Pour l’exposition à la galerie du Pont des Z’arts à Seyssel Luis PINOLEO et Joseph LOMBARDI se rencontrent dans l’univers de l’enfant, sa rêverie.

Ce sera une installation pour entrer dans deux mondes d’enfants de deux artistes qui ne dénoncent rien mais font s’interroger. Un monde ludique, onirique où la pensée a sa liberté !

Installation à visiter sans invitation ni réservation.

Petite erreur: veuillez lire 18 h au lieu de 17 h pour la fermeture!

 

Joyceline CURVAT-Marie Gala PERROUD-YZO du 14/8 au 8/9/2019

Joyce CURVAT

« Pour cette exposition, aucune contrainte n’était donnée, pas de thème imposé, pas de format précis. Quelle liberté !
Les semaines se sont enchaînées, les mois, le quotidien… et l’atelier est devenu un champ d’explorations multiples et variées.
Avec différentes techniques « ce qui reste , la trace, l’empreinte, la mémoire « sont toujours mon propos  mais l’ économie de moyen s’est installée doucement.
Mon travail commence toujours par l’écriture. Elle me sert de point de départ, qu’elle soit en « touche peinte » ou en « trace-mémoire », elle est obligatoire, systématique presque méditative. Paisiblement le faire se confond intimement avec le penser.
Je vous présente donc aujourd’hui une  » Suite de petites histoires peintes »  qui commence par il était une fois je rentre à l’atelier…. « 

 

YZO

La sculpture d’Yzo est consacrée au rapport de domination que l’homme impose à la nature. Elle s’intéresse à la confrontation entre l’humain qui cherche à faire le monde à son image et la nature avec son incroyable résilience. Elle interroge les notions d’exploitation, de colonisation et d’érosion. Le sujet n’est pas l’effondrement de l’humanité mais la recherche du point d’équilibre.

Son matériau, l’acier, est choisi pour renforcer son propos. C’est par le métal que l’homme a dominé la nature, c’est avec lui qu’elle cherche la réconciliation. Pour y arriver, elle s’engage physiquement pour rendre à cette matière industrielle une forme organique et minérale.

 

Marie Gala PERROUD

vit et travaille dans le Forez, magnifique région de montagnes et de forêts dans lesquelles elle puise les matériaux nécessaires à ses recherches : graines, feuilles, branches, terres, pour trouver une harmonie de couleurs, de formes, de matières et de sensations. La vision de ses œuvres procure une impression d’équilibre parfait, à l’image de l’effet que les végétaux provoquent sur nous quand on les observe, et aussi un sentiment d’étrangeté, par la recherche audacieuse de formes mi-animales mi-végétales. Ce qu’elle nous montre est la partie invisible du monde vivant. Derrière les arbres majestueux, les herbes et les fleurs, tout un monde organique bouillonne.

[easy_panorama id= »3077″]

Faites glisser votre souris pour voir l’ensemble de l’exposition à 360°.

Philippe GIACOBINO-Rudolph REUMANN-Michel LUDI du 10/7 au 11/8/2019

Rudolf REUMANN, vit et travaille en haute Savoie. Rudolf pratique les techniques classiques de la gravure sur cuivre ainsi que la collagraphie et la photogravure. Pour parfaire ses techniques, il a participé à des cours à Edimbourg, à Berlin, en Espagne et en Suisse.

www.facebook.com/rudolf.reumann

Philippe GIACOBINO vit et travaille à Genève. Professionnellement, Philippe a exercé la psychiatrie et en conciliant les deux pratiques, il a cherché a développer pour lui même leur complémentarité. Ses encres sur papier sont inspirées des forêts, des plaines, des montagnes ou des arbres, paysages filtrés par son imaginaire.

http://www.philippegiacobino.ch/

Michel LUDI, plasticien sculpteur. Ses oeuvres sont un cheminement philosophique empreint de poésie. Michel travaille le fer, l’acier, intègre parfois des plumes. Il est également enseignant à l’école des Arts visuels de genève.

http://www.galerieyolennwhite.ch/_MichelLudi.html

Guy SCHIBLER du 15/6 au 7/7 2019

MARABOUT, BOUT DE SEYSSEL – UNE EXPOSITION DE GUY SCHIBLER

Venant d’ailleurs, il tombe amoureux du lieu. Oh, ce n’est pas un coup de foudre, mais un amour à maturation lente, effet d’une longue fréquentation. Finalement, Guy Schibler se décide à faire sa déclaration, à la ville de Seyssel et à ses habitants. Sous la
forme d’une exposition photographique à la galerie de la Grenette. Avec plusieurs séries d’images : des personnes, des choses, des ambiances, des parcours.
La série « Personnes » est le fruit de rencontres avec les habitants de Seyssel. Sur le principe des enchaînements de la comptine « Marabout, bout de ficelle… », chaque personne qui acceptait d’être photographiée choisissait la suivante. Et décidait elle-même quel endroit de Seyssel servirait de décor à la prise de vues.
Pour la série « Choses », Guy Schibler a promené son appareil dans tous les coins de la ville. Il pensait déjà à la dame de cour japonaise Sei Shônagon qui, au XI e siècle, éleva les listes au rang de genre poétique. A la Grenette, le photographe propose treize
listes d’images : « Choses qui rendent joyeux », « Choses qui portent la marque du temps », « Choses un peu secrètes »…
Deux autres séries complètent l’exposition, l’une qui s’inspire de l’ambiance de polar à la Simenon que peut avoir Seyssel la nuit, l’autre qui rassemble en de longs panoramiques éclatés des images-flashes de la ville et de ses alentours.

[easy_panorama id= »3057″]